avantage (à l’ –) loc. adj. ou adv.
les citations
Doubs, Jura, Ain, Rhône, Loire, Isère (Villeneuve-de-Marc), Drôme, Ardèche, Haute-Loire (Velay) fam. [En parlant d’un vêtement, d’une paire de chaussures, surtout à propos d’un enfant] "prévu à dessein un peu plus grand qu’il ne faut, par souci d’économie, en prévision de la croissance de celui qui le porte". Le tailleur a fait mon costume à l’avantage (ArmanetVienne 1984). Prenez-lui une taille au-dessus : ça fait plus d’abonde* quand c’est à l’avantage (GononPoncins 1984). On fait des habits à l’avantage pour un enfant appelé à grandir (TrouttetHDoubs 1991).
1. La croissance des enfants posait périodiquement les mêmes problèmes : les vêtements, les souliers, trop courts ou trop étroits[,] exigeaient des remplaçants qu’on choisissait par économie à l’avantage, un peu trop larges et un peu trop longs pour pouvoir être portés un peu plus longtemps. (M. Exbrayat, Maria de Queyrières, 1990, t. 1, 33.)

◆◆ commentaire. Régionalisme bien connu dans une aire d’influence typiquement lyonnaise. Dans cette locution, le mot avantage est pris au sens de "ce qui est utile, profitable à qqn". Non prise en compte par la lexicographie générale, la locution est attestée en français dep. 1881 dans le Doubs (Beauquier) et dep. 1894 à Lyon (Puitspelu).
◇◇ bibliographie. BeauquierDoubs 1881 ; PuitspeluLyon 1894 ; Mâcon 1903 et 1926 ; VachetLyon 1907 ; CollinetPontarlier 1925 ; BichetRougemont 1979 un habit fait à l’avantage ; GononPoncins 1984 « usuel, même pour les commerçants de Feurs, ville de 8.000 hab. » ; MartinPilat 1989 ; TrouttetHDoubs 1991 ; MazaMariac 1992 ; VurpasMichelBeauj 1992 ; BlancVilleneuveM 1993 ; FréchetMartVelay 1993 ; VurpasLyonnais 1993 ; FréchetAnnonay 1995 ; LaloyIsère 1995 ; RobezMorez 1995 ; DromardDoubs 1997 ; FréchetDrôme 1997 ; FréchetMartAin 1998 « globalement usuel » ; aj. à FEW 24, 5b, abante.
△△ enquêtes. EnqDRF 1994-96. Taux de reconnaissance : région lyonnaise, 75 %.