pic (tout –) loc. adv.
les citations
Doubs, Jura (nord) fam. "tout à fait". J’ai vu le gosse… C’est tout pique son père (DromardDoubs 1991).
1. Une femme : « J’ai déjà vu trois fois [un spectacle]. Plus je le vois, plus je rigole. C’est nous tout craché, tout pic ». (L. Semonin, La Madeleine Proust, 1990, 56.)
V. encore s.v. ressembler, ex. 2.

graphie. La variante pique montre que le mot n’a guère de tradition écrite.
◆◆ commentaire. Cette locution, qu’on rapprochera pour le sens de fr. tout pic "d’un seul coup" (AcC 1842-Besch 1858, v. FEW) et de tomber, arriver à pic "à point" (Besch 1845, v. TLF), n’est pas prise en compte par les dictionnaires généraux. Caractéristique du français d’une partie de la Franche-Comté, où elle est attestée régulièrement dep. 1870 (GasconDole 1870 tout pique/pic ; BeauquierDoubs 1881 tout pic/pique ; CollinetPontarlier 1925 ; BoillotGrCombe 1929 ; DromardDoubs 1991 et 1997 tout pique ; TrouttetHDoubs 1991, 52 c’est tout pique lui ; ColinParlComt 1992 c’est tout pique son père), elle a aussi été relevée en Suisse romande (BonNeuch 1867 ; Pierreh).
◇◇ bibliographie. FEW 8, 451b, *pikkare.
△△ enquêtes. EnqDSR 1994-96. Taux de reconnaissance supérieur à 75 % en Franche-Comté.