seulement adv.
les citations
Moselle (est), Alsace, Franche-Comté, Haute-Savoie, Savoie, Loire (Saint-Étienne), Ain, Isère, Drôme, Ardèche fam. "(pour renforcer un impératif, pour exhorter, pour entraîner l’adhésion)". Synon. région. que* (II.2.3.).
1. À Paris, dans les couloirs du Métro, je bousculai par mégarde, en me hâtant, un autre voyageur. Je le priai aussitôt de m’excuser. Il me répondit poliment : Faites seulement ! Je m’écriai : Monsieur, vous êtes Savoyard ! – Comment pouvez-vous le savoir ? – Vous venez de dire : Faites seulement ! expression typiquement savoyarde. Nous nous sommes serré la main en souriant : un vocable nous avait été un signe de reconnaissance entre « pays ». (Courrier des lecteurs dans Vie et langage, 1961, 275-276.)

◆◆ commentaire. Attesté au 16e s. (1525, S. Champier, DDL 47 ; 1560, J. Grevin, TLF), encore chez Molière (v. GrevisseGoosse), cet emploi est aussi attesté au 20e siècle chez divers écrivains peu marqués diatopiquement (Gide, Duhamel), mais la lexicographie générale ne lui fait guère de place, sauf dans quelques sources récentes où il est marqué « vx ou région. » (PR 1977-1984), « vx ou régional (Belgique, Suisse…) » (Rob 1985, citant Molière et Ramuz), « région. » (TLF, citant Toepffer 1839 et Giono 1931) – il a toutefois disparu dans NPR 1993-2000 et est absent de Lar 2000. Les recueils différentiels l’enregistrent dans une aire orientale qui s’étend de la Belgique à la Drôme et à l’Ardèche, en passant par la Suisse romande : comme l’indique justement le DSR, « l’ampleur de cette aire (combinée à l’ancienneté des premières attestations) montre bien que l’hypothèse d’un germanisme (l’all. nur s’emploie dans les mêmes contextes pragmatiques), émise par certains puristes […] n’est pas à retenir », mais on peut penser que la fréquence particulièrement élevée en Alsace de cet emploi y est confortée par le substrat germanique.
◇◇ bibliographie. BoillotGrCombe 1929 faites seulement ; PohlBelg 1950 ; Vie et langage, 1961, 55, 275-276 ; EscoffStéph 1976 dites, faites seulement ; Tuaillon ColloqueDijon 1976, 24 « savoyard » ; RLiR 42 (1978), 184 (Savoie) ; WolfFischerAlsace 1983 ; DuraffHJura 1986 « très usuel » ; GuichSavoy 1986 « très usité » ; MassionBelg 1987 ; DucMure 1990 ; MazaMariac 1992 ; DuchetSFrComt 1993 « entendu fréquemment » ; GagnySavoie 1993 « très courant » ; GrevisseGoosse 1993, § 920 f « condamné ici comme belgicisme, là comme helvétisme, mais on le trouve aussi ailleurs » (ex. de Rolland, Gide, Duhamel, Frison-Roche) ; ValThônes 1993 ; Hanse 1994 « notamment en Belgique et dans le nord de la France, mais aussi ailleurs » ; FréchetAnnonay 1995 « globalement connu » ; DSR 1997 (avec bibliographie) ; FréchetDrôme 1997 « bien connu » ; FréchetMartAin 1998 « usuel » ; FEW 12, 79a, solus.
△△ enquêtes. EnqDRF 1994-96. Taux de reconnaissance : Drôme, Loire, Bas-Rhin, Savoie, Haute-Savoie, 100 % ; Haut-Rhin, 80 % ; Ain, Ardèche, 65 % ; Moselle (est), 55 % ; Isère, 40 % ; Rhône, 30 %.