rat n. m.
les citations
Lorraine bon ratvingt rats ! loc. interj. fam. "(pour marquer la surprise, l’admiration, la déception ; pour renforcer une assertion)".
1. « […] mais c’est qu’ tu t’es nettoyé aussi ! je n’ t’avais pas reconnu vingt râts ! » (G. Coulon, dans Revue populaire lorraine 48, octobre 1982, 273.)
2. Bon rat !… C’est effrayant ces avions à réaction qui rasent les toits des maisons dans un bruit d’apocalypse ! (J.-M. Cuny, dans Revue populaire lorraine 59, août 1984, 210.)
3. – […] Bon rat, Cavallier, qu’est-ce que vous foutez dans ce boxon ? (H. Pagan, Les Eaux mortes, 1986, 47.)
4. […] le temps qui passe commence à lui causer souci, au Claude : « Le docteur m’a dit : tu verras, après 60 ans, si on se réveille sans avoir mal quelque part, c’est qu’on est mort ! » Ben avec une santé pareille, c’est pas demain la veille, bon rat ! (L’Est républicain, 13 février 2000, 614.)
— Avec redoublement ou renforcement. Sapré bon rat ! (J.-M. Cuny, dans Revue populaire lorraine 65, août 1985, 271). Vingt rats de bons rats ! (G. Remy, En cueillant les brimbelles, 1986, 170).
5. À la question rituelle de l’employé [de l’état-civil] – Quels prénoms donnez-vous à l’enfant ? – il se troubla :
Bon rat de bon rat ! Je ne me souviens plus des instructions de mon épouse. (A. Jeanmaire, Les Lauriers sont coupés, 1972, 44.)
6. […] à quatre vingt-cinq ans y faut quand même mettre un peu d’ordre dans ses affaires, crès vingt rats ! (G. Coulon, Une vie « d’établi », 1986, 77.)

◆◆ commentaire. Loc. interj. caractéristique du français de Lorraine, non documentée avant la 2e moitié du 20e siècle (v. ici ex. 5), signalée dans les relevés régionaux seulement dep. 1990 et absente des dictionnaires généraux contemporains ; rat est ici employé comme euphémisme pour remplacer Dieu (cf. dans le même sens « nom de rat » A. Humbert [originaire de Vesoul], La Lanterne de Boquillon, n° 110, 20 juin 1874, 150 ; « nom d’un rat ! » PuitspeluLyon 1894).
◇◇ bibliographie. LanherLitLorr 1990 ; MichelNancy 1994 ; LesigneBassignyVôge 1999 ; aj. à FEW 10, 121a, ratt-.
△△ enquêtes. EnqDRF 1994-96. Taux de reconnaissance : Vosges, 100 % ; Meurthe-et-Moselle, 85 % ; Moselle, 75 % ; Meuse, 50 %.