rouméguer v. intr.
les citations
Gard, Hérault, Aude, Aveyron, Lozère, Haute-Garonne, Lot-et-Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques, Landes, Gironde fam. "manifester en paroles son opposition, son mécontentement". Stand. bougonner, grommeler, maugréer, fam. râler, ronchonner. – Il roumègue tout le temps dans son coin, ce con-là (MoreuxRToulouse 2000).
1. […] une canette de bière vint se briser contre le mur à quelques centimètres sur notre droite […], je rouméguai entre mes dents […]. (P. Dessaint, Du bruit sous le silence, 1999, 253.)
— Avec compl. d’obj. interne.
2. On y voyait souvent quelques vieilles Saintines [habitantes des Saintes-Maries-de-la-Mer] sèches, ronchonnes, un peu chipies et fortifiées de paniers. Elles te circulaient dans ce train en « rouméguant » toujours quelques récriminations. (J. Durand, André Bouix, gardian de Camargue, 1980, 201.)

dérivés. fam. roumègue n. m. ou f. "personne qui maugrée". Stand. fam. râleur. « Cette vieille roumègue qui avait pris l’habitude de commander et de voir obéir à ses moindres desseins ne pouvait pas arriver à comprendre que cela était changé dans si peu de jours » (Les Carnets de guerre de Gustave Folcher, 20000 [1981], 274). – Dérivé régressif de rouméguer, absent des dictionnaires consultés et de FEW 10, 561 rumigare.
◆◆ commentaire. Emprunt à l’occitan de Gascogne (roumiga "ruminer, remâcher" Mistral), rouméguer a gagné le Languedoc oriental où il est documenté dep. 1978 (Nouvel). D’origine incertaine, le mot est sans doute à rattacher à lat. rumigare "ruminer", étymon sous lequel FEW a rangé un certain nombre de formes occitanes signifiant au figuré "marmotter, rabâcher". Il est absent des dictionnaires généraux contemporains et de la base Frantext.
◇◇ bibliographie. NouvelAveyr 1978 « très courant » ; GonthiéBordeaux 1979 ; DuclouxBordeaux 1980 ; Doillon, septembre 1983, 17 (Toulouse) ; BoisgontierAquit 1991 « Gascogne » ; CampsLanguedOr 1991 « partout » ; LangloisSète 1991 ; CouCévennes 1992 ; PolverelLozère 1994 ; CovèsSète 1995 ; MoreuxRToulouse 2000 ; aj. à FEW 10, 651a-b rumigare.
△△ enquêtes. EnqDRF 1994-96. Taux de reconnaissance : Aude, Gard, Landes, Lozère, Pyrénées-Atlantiques, 100 % ; Hérault, 90 % ; Hautes-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne, 40 %.