apponse ou aponse n. f.
les citations
Doubs, Jura, Haute-Savoie, Savoie, Ain, Rhône, Loire (vx), Isère, Hautes-Alpes, Ardèche "pièce ajoutée ; rallonge ; couture assemblant deux éléments". Synon. région. rapponse*. – On va faire une apponse à cette corde (VurpasLyonnais 1993). Elle a fait une apponse, pour rallonger sa robe (RobezMorez 1995).
1. Cousine Anne était aponceuse en dentelle […]. Elle devait, avec un fil plus ou moins fin selon la qualité de l’ouvrage, rapprocher des éléments en dentelle, dessinés et conçus spécialement pour en faire un tout […]. La pièce de dentelle qui sortait finie de ses mains semblait avoir été faite d’un seul tenant […]. Où était donc l’aponse ?… C’était le secret et la fierté de cousine Anne. (M. Fouriscot, Marie la dentellière, 1987, 100.)

dérivés. apponser, aponcer v. tr. Ain, Rhône (nord), Loire (Poncins), Puy-de-Dôme (Viverols) "relier bout à bout". Synon. région. appondre*, rappondre*. « Chaque carré [de dentelle] lui remplissait une journée entière, et il fallut trente-deux carrés. Lorsqu’ils furent terminés, elle dut encore les aponcer, c’est-à-dire les coudre ensemble avec une aiguille très fine, pour que la couture fût invisible » (J. Anglade, Un lit d’aubépine, 1997 [1995], 207) ; v. encore s.v. faire, ex. 3. – Attesté dep. 1894 (aponser GuilleLouhans) ; FréchetMartAin 1998 « globalement attesté ». Var. apponcher Allier (canton de Souvigny). Comm. de M.-R. Simoni-Aurembou. Attesté dep. 1852 (apponcher "ajouter, donner de sa poche" ConnyBourbR) ; GagnonBourbonn 1972.
◆◆ commentaire. Ancienne forme participiale du verbe fr. appondre* (cf. répondre/réponse). Déjà relevé en 1449 dans les Dombes, au sens de "poutre qu’on appuie sur un mur voisin" (aponse, FEW), aponce "pièce ajoutée, rallonge" est attesté en 1732 à Châlons-sur-Marne (JeannetSLoire), en 1743 en Suisse romande (GPSR 1, 509a) et à Lyon en 1803 (MolardLyon). Aire géographique comparable à appondre et même statut : terme appartenant essentiellement au code oral et de registre familier, sans guère de données écrites dans la documentation, en dehors des glossaires régionaux, et absent de la lexicographie générale sauf Lar 2000 (« Suisse »).
◇◇ bibliographie. MolardLyon 1803 ; RollandLyon 1813 ; BeauquierDoubs 1881 ; PuitspeluLyon 1894 ; GuilleLouhans 1894-1902 ; FertiaultVerdChal 1896 ; Mâcon 1903-1926 ; VachetLyon 1907 ; MiègeLyon 1937 ; BaronRiveGier 1939 ; DornaLyotGaga 1953 ; RLiR 42 (1978), 156 (Isère, Lyon) ; MalapRég 1981, 139 "ajouture" ; TuaillonVourey 1983 ; DuraffHJura 1986 ; GuichSavoy 1986 ; MartinPellMeyrieu 1987 ; MartinPilat 1989 ; ColinParlComt 1992 ; VurpasMichelBeauj 1992 ; BlancVilleneuveM 1993 ; DuchetSFrComt 1993 ; VurpasLyonnais 1993 ; LaloyIsère 1995 ; RobezMorez 1995 « courant » ; GermiChampsaur 1996 ; DSR 1997 (avec bibliographie) ; FréchetMartAin 1998 « globalement attesté » ; PlaineEpGaga 1998 apponce « presque disparu » ; FEW 25, 44b, apponere.
△△ enquêtes. EnqDRF 1994-96. Taux de reconnaissance : Savoie et Haute-Savoie, 75 % ; Ain, 50 % ; Ardèche, Rhône, 30 % ; Isère, 20 % ; Drôme, Loire, Haute-Loire, 0 %.