cornet1 n. m.
les citations
Lorraine, Alsace, Franche-Comté, Haute-Savoie, Savoie usuel "sachet d’emballage en papier (ou en plastique)". Synon. région. poche1. – Les cornets en papier, on les gonflait pour les faire péter (MartinVosges 1993, 35).
1. Certains paquets avaient été éventrés et leurs contenus se mélangeaient, pénétraient dans les autres cornets ou souillaient les papiers froissés. (A. Gerber, Le Faubourg des Coups-de-trique, 1982 [1979], 262.)
2. Le jour [de la Saint-Nicolas à Girmont, Vosges] est […] souligné par le défilé dans la commune d’un char décoré (ayant déjà servi la veille à Thaon !) dont les occupants lancent des bonbons. Des cornets contenant des sucreries et des mandarines sont échangés contre des tickets remis préalablement aux enfants. (La Revue lorraine populaire, février 1985, 111.)
3. [Elle prend un sac en plastique plein de pommes. Des pommes s’échappent par un trou du sac et roulent à terre.] C’est plus rien ces cornets : Oh, mais y veulent r’v’nir aux cornets d’ papier… (L. Semonin, La Madeleine Proust, 1990, 154.)
4. Presque toutes les marchandises étaient en vrac. L’Adrienne Kayser et la Marie Héry, les tenancières des deux boutiques, armées de pelles à main, plongeaient les bras dans des sacs ouverts ; elles versaient les denrées dans d’affreux cornets gris, placés sur le plateau de la balance. (J. Chaudron, Autour de la Bessotte. Souvenirs d’un enfant de Lorraine, 1994, 51.)
5. Prenez un cornet et servez-vous. / Merci. (Affichette d’une jardinerie de Girecourt-sur-Durbion [Vosges], au rayon des bulbes au détail, 12 septembre 1998.)
6. « Des promeneurs, en voiture, jettent dans la nature les reliefs d’un repas, les papiers de bonbons, les cornets vides, les canettes de bière. Que fait-on des consignes de propreté ? […]. » (Lettre d’une lectrice d’Essert [Territoire-de-Belfort], L’Est républicain, éd. Belfort, 26 décembre 1998, 256.)
7. […] quelques bonbons, quelques chocolats… une poignée, enfermés dans un cornet en papier. (G.-J. Feller, Libre enfant de Favières, 1998, 281-282.)
8. […] il a acheté des mirabelles. Les premières mirabelles dorées à souhait dans d’immenses paniers. Il en a rempli un cornet, imaginant déjà le sourire de sa Jeanne. (É. Fischer, Les Pommes seront fameuses cette année, 2000, 14-15.)
□ En emploi métalinguistique.
9. […] il existe encore de nombreuses expressions lorraines ou mots lorrains […] que nous employons journellement. Quelquefois, nous ignorons même qu’il s’agit de mots lorrains. Lequel d’entre nous n’a pas sollicité dans une autre région que la nôtre, un cornet afin d’y déposer ses courses. N’est-il pas logique de verser la confiture de mirabelles dans des verrines*, de préférer une pièce clarteuse* à une pièce sombre, etc. ? (La Mémoire de la terre au Pays du Sânon, 1996, 285.)
— Par méton. "contenu de ce sachet". Un cornet de fleurs de tilleul pour les tisanes (J. L’Hôte, La Communale, 1966 [1957], 148). Un cornet de petits gâteaux (Revue lorraine populaire 7, décembre 1975, 167).
10. La Grande est allée à la prison. Elle n’a pas obtenu l’autorisation de voir Daniel, mais a pu lui faire passer un cornet de pommes. (A. Perry-Bouquet, Un petit cheval et une voiture, 1997 [1966], 165.)
11. Même décor à peu près chez Hubler où Alexandrine est une commerçante très gentille et généreuse : que de fois nous a-t-elle donné un grand cornet de bonbons pour deux sous (nos honoraires d’enfants de chœur !). (M. Sauvage, « Les travaux & les jours dans les Vosges saônoises », Barbizier, Bulletin de liaison de folklore comtois, n° 9, décembre 1980, 276.)
12. À mon intention, une tasse de café est déjà prête à côté du cornet de brioches et de sablés. (M. Bidaux, Traditions paysannes 1870-1920, 1981, 209.)
13. Les propriétaires [de roulottes de forains] ne se privaient pas d’ailleurs de lever les grands volets de façade pour que nous découvrions les fusils à flèche, les pistolets à amorces et à bouchons, les crécelles, les trompettes, les poupées, les cornets de confettis, les multiples sucreries […]. (J. Reyboz, Douceur d’automne, 1984, 119.)

remarques. Le mot est d’emploi quotidien, très généralement sans connotation et inconscient.
◆◆ commentaire. Par restriction de fr. cornet "papier roulé en cône" (dep. 1432), ce sens couvre une vaste aire orientale. Cette innovation, qui a dû se produire dans le commerce de détail, est caractéristique d’une vaste aire orientale (avec prolongement en Suisse romande), tandis que le fr. standard est limité à des emplois figé (cornet de draguées, cornet de frites, cornet de glace), où le référent est un contenant de forme conique. Attesté av. 1902 en Savoie (ConstDésSav 1902, citant un Dictionnaire du Commerce, de l’Industrie et de la Banque) ; 1925 en Alsace dans SalmonAlsacianismes 1991 ; 1929 en Franche-Comté (BoillotGrCombe), il a été régulièrement enregistré par la lexicographie régionale lorraine (LanherLitLorr 1990 ; MartinVosges 1993 ; MichelNancy 1994 ; MartinLorr 1995), comtoise (DuraffHJura 1986 ; DondaineMadProust 1991 « dans toute la Franche-Comté » ; DuchetSFrComt 1993), savoyarde (DuprazSaxel 1975, 1975, 110 "sac de papier" « seul terme usuel » ; GuichSavoy 1986) et en Suisse (Lengert 1994, 341-2 ; DSR 1997 ; LengertAmiel) ; Lar 1982 ; Rob 1985 « régional (Savoie, Suisse) » ; NPR 1993-2000 et Lar 2000 « Suisse » ; FEW 2,1197a, cornu.
△△ enquêtes. EnqDRF 1994-96. Taux de reconnaissance : Meurthe-et-Moselle, Moselle, Haute-Saône (sud), Territoire-de-Belfort, Vosges, 100 % ; Bas-Rhin, 85 % ; Haut-Rhin, 80 % ; Doubs, Jura, Meuse, Haute-Saône (nord), 65 %.